Présenté par Nova Villa

Radio live

En présence de Aurélie Charon et Caroline Gillet

Peut-être avez-vous déjà participé à RADIO LIVE
Si vous ne connaissez pas…
Au départ, il y a les séries radio sur la jeunesse d’Aurélie Charon et Caroline Gillet. Elles s’associent à Amélie Bonnin à l’image, pour proposer une version scénique chaque fois différente. Ces jeunes activistes rencontrés partout dans le monde, elles ont eu envie de les inviter sur scène, réunis au même endroit, au même moment. On parle engagement, identité, droits des minorités, liberté, nouveaux modes d’action. On s’encourage. On se donne des idées. C’est un spectacle qui reprend les codes d’une émission de radio.
Aurélie Charon Productrice à France Culture, elle anime Tous en scène, le magazine du spectacle vivant (samedi 20h), et coordonne l’espace de création radiophonique L’Expérience (dimanche 22h et en podcast original).
Caroline Gillet produit la série documentaire Foule Continentale, diffusée sur France Inter et la RTBF le samedi à 22h pour laquelle elle a obtenu le Prix Franco-Allemand du journalisme. Elle travaille sur les questions de société et de transmission entre générations et cultures sur des territoires communs.

 

Les 3 invitées

 

DEPUIS BEYROUTH PERLA JOE MAALOULI – LIBAN – 28 ans – Artiste, musicienne, révolutionnaire
A Beyrouth, Perla Joe est une figure emblématique de la révolution d’octobre 2019 : les manifestations populaires contre le gouvernement libanais. Cinéaste, chanteuse, footballeuse et surtout activiste, elle a eu avec d’autres, l’idée d’un barrage de femmes pour calmer le jeu entre militants et militaires à l’époque. “Le moment où j’ai senti qu’un truc pouvait changer, c’est quand j’ai vu la diversité et la quantité des gens dans la rue”, dit-elle. “Ce n’était pas juste moi ! On était déjà plus d’un million quand on a commencé !” On la voit alors déclamer des poèmes devant l’immeuble de l’Electricité du Liban ou tenant tête aux forces de sécurité. Perla Joe a survécu à l’explosion du port de Beyrouth, “le ventre de la corruption”. Son appartement est soufflé et elle est hébergée par des amis. Elle dit payer le prix fort de la liberté et qu’un jour, le Liban pourra se relever. Pas tout de suite, mais un jour. “Les choses doivent changer et ceux qui ne comprennent pas ça, rentrez chez vous et réfléchissez-y”.

Site de Perla Joe Maalouli

 

DEPUIS MAURICE – CARINA GOUNDEN – ILE MAURICE – 30 ans – militante pour l’environnement
Née au sud de l’Ile Maurice d’un couple mixte, Carina était partie suivre des études en sociolinguistique en France, quand elle se prend de passion pour la cause environnementale. De retour à Maurice pour des vacances, elle apprend qu’il est question de bloquer un chemin côtier public pour la construction d’un hôtel. Écœurée par la privatisation des espaces publics, elle se lance dans un combat auprès de l’association Aret Kokin Nu Laplaz (AKNL) Après 4 ans de lutte, elle parvient à sauver une des plages publiques emblématiques de l’île, de la construction d’un hôtel. Sa mère est d’origine créole, son père d’origine indienne : à Maurice, presque chaque famille est métissée.

 

DEPUIS KIEV – OKSANA LEUTA – UKRAINE – 34 ans – comédienne, militante queer
Elle a grandi dans la période de crise qui a suivi la chute de l’Union soviétique, ses parents étaient professeurs et elle a décidé d’étudier le français en France. C’est alors qu’en 2014, les manifestations ont commencé et que les habitants de Kiev ont occupé la place de Maïdan. Elle a alors tout lâché pour rejoindre l’équipe médicale sur la place et passera des semaines à participer à la logistique et l’organisation des hôpitaux de fortune sur place. Aujourd’hui, elle est professeure de Russe, comédienne et night manager dans un technoclub secret de Kiev qui organise des soirées queer.


On avait pu découvrir ce drôle de concept au cœur des hivers derniers. Radio Live est de retour pour brosser le portrait d’une jeunesse engagée. À la suite de leur série documentaire menée sur France Inter et France Culture, Aurélie Charon et Caroline Gillet invitent au micro quelques-unes des rencontres qu’elles ont faites lors de leur tour du monde (Alger, Moscou, Téhéran, Istanbul, Sarajevo, Beyrouth, Gaza, Tel Aviv, Jérusalem, Casablanca, New Delhi, Bombay, Dakar…). À la parole vivante et spontanée de ces jeunes présents au plateau viennent se mêler archives documentaires, sessions musicales live et les dessins d’Amélie Bonnin réalisés en direct. Une émission de radio théâtralisée, en chair et en optimisme, comme alternative aux discours déclinistes et autres indignations sans lendemain.